L’Empathie du recruteur pour mieux séduire les Talents !

Que fait-on de toutes ses émotions quand on est recruteur ? En quoi l’empathie pourrait-elle avoir un impact sur le recrutement dans un marché de plein emploi des cadres ? Quel impact sur les parties concernées (candidat et recruteur) ? Je vous en dis plus…

Depuis que nous sommes né(e)s, nous faisons l’expérience d’émotions variées (n’est-ce pas ?). En effet, qui n’a jamais eu peur, été en colère, amoureux, heureux, épris d’un fou-rire, de passion… Autant de sentiments qui caractérisent chacun d’entre nous. Vous serez d’accord pour affirmer que les émotions gouvernent autant notre vie personnelle que professionnelle ?

L’empathie est la « faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent ».

Ainsi il est possible grâce à l’empathie d’anticiper ou de comprendre les réactions de l’autre, ses émotions, ses souhaits afin de conserver la meilleure relation possible et cela sans les éprouver. L’empathie liée à l’intelligence émotionnelle est le fait de comprendre la réalité de l’autre. 

Qu’est ce qu’un recruteur empathique ? 

Les mondes du travail et de l’entreprise ont changé (automatisation, robotisation, intelligence artificielle etc. (Cf. l’étude « Compétences 2020 » de l’Institut de Recherche de l’Université de Phoenix et l’Institut pour l’Avenir).

Dans un cabinet d’Executive Search, nos clients attendent de nous de fiabiliser le recrutement par une analyse approfondie de la personnalité du candidat, de le comprendre…D’être empathique ! 

Mais comment fait-on ? Quelles attitudes adopter avec l’interviewé?

Recrutement après recrutement, le recruteur affine ses questionnements, son niveau d’analyse. Un recruteur empathique, c’est-à-dire celui qui est en capacité de comprendre l’autre en instaurant la meilleure relation possible, va adopter une posture d’ouverture envers le candidat. Dans la pratique, le recruteur offre un climat de confiance au candidat, un environnement propice à la transparence et à l’honnêteté.

Quel est l’impact de l’empathie en recrutement ?

Plus ouvert et en confiance, le candidat parle plus facilement de lui, de ses succès mais aussi de ses échecs, de ses difficultés. Il parlera de son parcours avec davantage de liberté. La conséquence pour le recruteur est de pouvoir apprécier au plus près le candidat. Cela permet aussi à ce dernier de s’exprimer dans un cadre bienveillant et empathique pour une analyse juste de sa personnalité.

Vous êtes-vous en effet déjà demandé quelle réaction aurait un candidat qui se trouverait face à un recruteur incapable de l’écouter, de s’adapter ou qui le questionnerait à la manière d’un interrogatoire de police ? Pour ma part, le cadre propice à l’échange d’idées et à la création d’un lien de confiance entre lui et le recruteur manquerait cruellement. L’empathie ne peut clairement pas s’exprimer dans une telle situation ! 

Au contraire, au cours de l’entretien, les questions ouvertes doivent être privilégiées. Le temps de parole doit être plus important pour le candidat. Pour optimiser l’entretien et libérer la parole, la confidentialité peut être rappelée. Dans tous les cas, la posture du recruteur doit être ouverte et neutre.

L’attention à l’autre est donc un véritable comportement ancré, une attitude qui commence dans cette pratique incontournable de l’entretien : poser une question, attendre la réponse, et accepter que celle-ci puisse être différente de celle qu’on attendait.

Mais l’empathie ne se joue pas seulement lors de l’entretien. En effet, le recruteur doit se montrer empathique dès le premier contact. Il doit l’être aussi quand il informe le candidat du process de recrutement (test ou pas, lieu, heure, déroulement de la rencontre, etc.), de tous éléments qui vont mettre en confiance. L’accueil chaleureux participe également à la mise en place d’un cadre propice à l’échange.

Au final, l’empathie est un atout et non un outil. L’empathie ne serait-elle pas le pouvoir inconscient de séduction du recruteur ? Quand un candidat se sent compris, pris en compte, écouté sincèrement pour ce qu’il est en tant que personne, celui-ci aura tendance, au moment de son positionnement par rapport au projet présenté, à privilégier l’offre de ce recruteur empathique à l’énergie et aux émotions positives. C’est gagnant pour le recruteur et son client !

Je finirai ces quelques mots ainsi : face à un monde qui bouge, à la montée en puissance des algorithmes, de l’intelligence artificielle, des technologies dans le recrutement, l’empathie du recruteur est fondamentale pour détecter les meilleurs talents et faire la différence entre deux candidatures.

Source : Dans le livre « Reflexes Soft Skills, les compétences des leaders de demain » co-écrits par Jérôme HOARAU, Fabrice MAILEON et Julien BOURET, les auteurs rappellent l’importance des compétences comportementales et humaines dont l’empathie.

Fermer le menu