Recrutement, formation : quelles tendances pour l’Industrie Automobile ?

Le mois dernier, nous vous avions fait part des tendances du marché de l’Industrie Automobile, avec un focus sur la région Hauts de France – acteur majeur du développement automobile français. Ces tendances ont de fortes incidences sur le recrutement. Le besoin en recrutement, dans ce secteur, est constant en France, toutefois les caractéristiques des postes et des profils recherchés dans l’Industrie Automobile différent selon les régions et leur spécialisation, les évolutions de l’Industrie et des compétences. Explications…

Les besoins en recrutement dans l’Industrie Automobile

Depuis quelques années, les métiers de l’Industrie Automobile exigent des compétences de plus en plus qualifiées. Tous les secteurs amont de l’Industrie Automobile suivent cette tendance, tant chez les Constructeurs, Équipementiers, Sous-traitants et Fournisseurs.

Selon « l’Etude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional, dans l’Industrie Automobile » de l’Observatoire de la Métallurgie, les projets de recrutement externes, dans la filière amont de l’Industrie Automobile, sont élevés. 20 000 à 25 000 recrutements externes en moyenne sont prévus chaque année jusqu’en 2020 – dont 13 000 à 16 000 chez les sous-traitants de rang 2 et +.

L’évolution des métiers de l’Industrie Automobile et les répercussions sur le recrutement *

Recrutement Industrie Automobile par Region
Recrutement Industrie Automobile metiers
Recrutement Industrie Automobile par métiers

*Besoins de recrutements externes, en moyenne par an, entre 2010 et 2020 par région, secteur, catégorie socioprofessionnelle. Source BIPE-Observatoire de la Métallurgie-Etude 2013.

Le contexte économique, environnemental et sociétal actuel pousse à une modification des métiers et des compétences de la filière automobile. L’un des enjeux majeurs est le développement du véhicule du futur. Cet enjeu se construit autour de 3 axes de développement :

  1. Les matières premières et l’allègement des véhicules : écoconception, matériaux composites, recyclage …
  2. La motorisation : électrique, hybride, thermique…
  3. L’électronique et l’informatique embarquées : innovations technologiques, développement de l’électronique et de l’informatique…

Ces trois blocs concentrent les priorités en termes d’évolution des compétences. Au niveau régional, les besoins en recrutement concernent surtout la production et la maintenance où l’exigence va porter sur la motivation et le savoir-être.

Les nouvelles technologies impliquent de nouvelles compétences. 

Ces nouvelles compétences s’articulent autour de ces axes.  Par exemple, l’écoconception nécessite des ingénieurs spécialisés dans l’environnement, le recyclage…Les innovations dans les matériaux composites demandent des compétences particulières en chimie.

De même que l’évolution de la motorisation et de l’informatique embarquée ouvrent la voix aux nouvelles expertises en électrique, électronique, électrochimie, interface homme-machine, technologie 3D etc…

motorisation voiture du futur enjeux majeurs
La motorisation de la voiture du futur est un enjeu majeur

Le développement des métiers liés à la conception et au développement a créé de nouvelles compétences. Ces dernières changent progressivement la pratique des métiers déjà existants et poussent à la création de nouveaux métiers. Pour trouver les compétences dont ils ont besoin, les industriels coopèrent avec les écoles et fédérations de professionnels… 

Nouveaux métiers, nouvelles formations : l’adéquation nécessite une collaboration !

Campus des metiers et des qualifications du ferroviaire de l Industrie Automobile et de l Ecomobilite
Campus des metiers et des qualifications du ferroviaire de l Industrie Automobile et de l Ecomobilite

De nouvelles formations ont été créées afin de répondre aux besoins des filières. Par exemple, des partenariats entre les entreprises des Hauts de France et l’Enseignement supérieur sont développés afin de créer de nouvelles formations.

Sur 2 à 5 ans et plus, elles abordent les thématiques d’actualité de l’Industrie Automobile telles que l’informatique embarquée, les véhicules électriques et la mise en œuvre de nouveaux matériaux.

Toujours dans la région Hauts de France, une collaboration du Ministère de l’Education et de la Recherche, du Conseil Régional ainsi que des Industriels a donné naissance, en février 2016, à un Label de formation « Campus des métiers et des qualifications du ferroviaire, de l’Industrie Automobile et de l’Ecomobilité ».

Ce label a pour but de mettre en réseau les établissements de formation secondaire et supérieure, les organismes de formation continue, les laboratoires de recherche et les entreprises. Il développe ainsi des programmes sur-mesure aux besoins industriels à court, moyen et long terme.

En plus de la création de nouveaux cursus, c’est un profond changement dans leur construction qui s’opère depuis quelques années. On observe une transversalité grandissante dans les formations des métiers ferroviaires et automobiles. Grâce à une base commune, des basculements de compétences d’un secteur à un autre sont possibles. Et cela dans le but de développer l’employabilité des diplômants avec un champ d’action plus large ! 

Parmi ces institutions de professionnels, l’ARIA Nord-Pas-De-Calais Picardie possède un rôle déterminant dans la poursuite du développement régional… Dans la dernière partie de notre Dossier RH : Industrie Automobile, Luc MESSIEN – Délégué général de l’ARIA et Directeur Général du Pôle Automobile NPDC – répondra à nos questions concernant le rôle de ces fédérations et institutions (notamment de l’Aria et du Pôle Automobile), de leurs objectifs et des résultats de ce travail de collaboration. Rendez-vous prochainement pour découvrir cette interview ! 

Sources de l’article : Véronique RUOTTE, Chargée de mission RH Pôles Automobile et Mécanique, l’ARIA, « l’Etude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional, dans l’Industrie Automobile » de l’Observatoire de la Métallurgie.

Fermer le menu