Comment évaluer l’empathie chez un candidat ?

Nous avons vu l’importance de l’empathie* chez le recruteur. Depuis quelques années, cette compétence (soft skill) constitue la clé de voûte de bon nombre de métiers. Prisée par les employeurs, recherchée par les recruteurs, l’empathie d’un candidat représente un challenge de recrutement ! Mais comment l’évaluer ?

Face à des organisations au contexte de plus en plus exigeant et changeant (rentabilité, agilité, objectifs, concurrence, etc.), il est logique que l’entreprise recherchant cohésion, efficacité et proximité mette en avant, dans ces critères de recrutement, cette fameuse soft skill qu’est l’empathie. Présente dans tous les métiers aujourd’hui (santé, social, commerce, management, consulting, etc.) l’empathie peut faire la différence !

Comment un recruteur empathique va-t-il faire pour évaluer cette qualité chez son candidat ?

En qualité de recruteur, notre client attend que nous identifiions la capacité de son futur collaborateur :

  • à s’adapter à son environnement,
  • à interagir avec les autres (personnes externes ou internes),
  • à s’intégrer dans une équipe et à la culture de l’entreprise,
  • à y trouver un terrain de jeu épanouissement propice à son développement personnel mais aussi à la performance de la société.

Bref, il attend que nous évaluions le plus finement possible l’empathie de son futur collaborateur.

Rappel : l’empathie, qui est une aptitude que l’on développe tout au long de sa vie, est la capacité à se mettre à la place de l’autre, à comprendre ses émotions, à identifier et à tenir compte des sentiments de son interlocuteur sans les éprouver.

Pour un recruteur, identifier l’empathie chez un Cadre, cela signifie valider que la personne sache écouter, communiquer, se sentir à l’aise avec les autres et soit capable d’interagir dans un environnement changeant.

Un exemple vaut mieux qu’un long discours, dit-on, permettez-moi alors de vous parler de mon expérience.

Pour comprendre et évaluer son empathie, j’invite généralement mon candidat, un Manager en l’occurrence, à me décrire les membres de son équipe. Je m’arrête sur une personne en particulier. Je lui demande de m’en parler. S’il ne l’évoque qu’en termes de résultats, de process ou d’autres « hard skills » et rien sur qui elle est, cela m’interpelle sur sa capacité à s’intéresser aux autres. Demander au candidat ce qu’il pense de l’empathie est un moyen tout aussi apprenant !

Bien sûr, vous pouvez vous appuyer également sur les questionnaires de personnalité afin de valider votre analyse et votre évaluation. Ces outils de plus en plus élaborés permettent d’affiner votre ressenti, votre intuition et votre conclusion sur l’empathie de votre candidat.

Il n’y a pas de recette miracle ni de mode d’emploi gravé dans le marbre. Evaluer l’empathie de l’autre se réalise en actionnant sa propre empathie en tant que recruteur ! Ecoutez, observez la capacité du candidat à communiquer, à créer du lien, observez également sa capacité d’écoute, son ouverture d’esprit, ses valeurs, son désir de s’intéresser à l’autre, etc.  Laissez parler l’empathique que vous êtes, cher recruteur, et reconnaissez qu’un part d’intuition entre en jeu.

*Dans notre métier, elle permet de se connecter positivement à l’autre et de communiquer avec authenticité instaurant ainsi une relation de confiance et de gains mutuels

Rédactrice : Carole GOURNAY

Fermer le menu